Clément Petit : “Je sens qu’on progresse super vite”

In Informations by Lucas Lebreton

Crédit Photo : GG FOTO VELO

Retrouver l’Interview de Clément Petit et du staff de l’équipe de France Piste recueillie par DirectVélo :

La semaine dernière, devait avoir lieu le Championnat d’Europe sur piste Elite mais le coronavirus a forcé le report de la compétition en juin (voir ici). Alors pour essayer de compenser, Steven Henry, l’entraîneur national, a organisé un stage aux petits airs de compétition : au menu, poursuite par équipes, Omnium et Américaine. “Il y avait une bonne ambiance course. Arnaud Démare, Thomas Boudat et Jason Tesson nous ont rejoints pour les courses en peloton. Les meilleurs veulent gagner et les autres veulent montrer qu’ils peuvent les titiller”, raconte Clément Petit, un des jeunes du stage, à DirectVelo.

« JE NE FINIS PAS LA SEMAINE CRAMÉ »

Le sociétaire de l’USSA Pavilly Barentin devait participer au dernier Championnat d’Europe Elite en novembre dernier. “Il était prévu dans le bateau pour Plovdiv”, rappelle Steven Henry à DirectVelo. Mais l’ancre alourdie par la crise sanitaire et les problèmes logistiques est restée au fond du port et le moussaillon normand est resté à quai.

La saison 2020 fut dure à digérer pour Clément Petit qui intégrait le groupe Elite de l’endurance. “Il fait partie de la génération avec laquelle nous avons eu du mal à travailler à cause de la Covid jusqu’au mois de septembre”, indique l’entraîneur national. La marche a été dure à franchir. “Je sentais que c’était compliqué, je ressentais beaucoup de fatigue pendant les stages. J’ai aussi mal géré le confinement”, reconnaît le poursuiteur. “Même s’il a peu couru l’an dernier, le travail de préparation de Plovdiv et les grosses charges d’entraînement font que ce n’était pas une année blanche”, ajoute le technicien.

Dès les premiers stages de cette nouvelle année, le coureur de 20 ans sent qu’il a bien digéré le travail de l’an dernier. “Maintenant, à chaque stage, je sens qu’on progresse super vite. Je ne finis pas la semaine cramé et je progresse”. “Avec un an de plus, il encaisse mieux les charges de travail. Il a bien fini le stage dans les épreuves en peloton”, remarque l’entraîneur national. “Je me suis fait plaisir en fin de semaine”, confirme le pistard.

LA ROUTE POUR ASSIMILER LES BRAQUETS

L’ancien coureur de l’UV Neubourg fait partie du quatuor vice-Champion du Monde Juniors de poursuite par équipes en 2019. La veille de la finale, avec ses camarades Antonin Corvaisier, Florian Pardon et Kévin Vauquelin, il bat le record du monde en 4’00″384 (voir ici). Mais le record n’est pas synonyme de maillot arc-en-ciel. “Le record, c’était jouissif mais, le plus dur, c’était le lendemain avant la finale. On était jeune et on a eu le temps de cogiter. Il fallait sortir de l’euphorie, ne pas aller sur les réseaux… C’est peut-être ce qui nous fait perdre le titre”, analyse-t-il avec le recul. Preuve de la forme et des progrès de cette génération, Clément Petit, Antonin Corvaisier, Florian Pardon et Aurélien Costeplane ont signé 3’59” au dernier stage. “Pour le Championnat d’Europe Espoirs au mois d’août, ils peuvent viser 3’56”-3’55″”, estime Steven Henry.

Dans le train de la poursuite par équipes, Clément Petit est placé juste derrière la locomotive du démarreur. “Depuis que je suis Junior. C’est le poste qui me convient le mieux. Je démarre relativement bien et j’arrive à maintenir l’allure”. Dans cette position, il doit encaisser le choc du départ et est le premier à bouffer du vent quand le démarreur s’écarte. Dans le vaisseau amiral de l’équipe de France, c’est Benjamin Thomas le titulaire. “C’est un poste difficile. Nous continuons à le faire travailler au poste 2 pour lui faire travailler le départ et le ressenti d’allure”, poursuit l’entraîneur.

Chez ce garçon “pro dans son approche et méticuleux”, Steven Henry voit un point faible à corriger. “Il doit travailler la force pour assimiler les braquets utilisés en poursuite aujourd’hui. J’espère qu’il aura une saison sur route pour s’améliorer dans ce domaine”. Clément Petit a débuté cette année aux Boucles du Haut-Var. Samedi dernier, il a retrouvé les pelotons à Saint-Hilaire-du-Harcouët où il a pris place dans une échappée. “J’ai senti que le stage m’a donné de la caisse, je n’ai pas coincé”, apprécie-t-il à l’arrivée. Encore une preuve de ses progrès.

Crédit Photo : GG FOTO VELO

Lire la suite : https://www.directvelo.com/actualite/86934/clement-petit-je-sens-qu-on-progresse-super-vite

Partager cet article...